vendredi 19 décembre 2008

Ascendance de Louis Roudier

Les ascendants patronymiques de Claude Roudier présentés ci-dessous sont les suivants :
Claude, dit "Louis", Roudier (1861-1949), cultivateur, régisseur
Claude Roudier (1834- ?), cultivateur
Jean Roddier (1795-1844), cultivateur
Gabriel Roddier (v.1750-1804)
Rémy Roddier (?-?)
Rémy Roddier (?-?)
Le patronyme a évolué de Roddier vers Roudier au début du XIXe siècle.

Claude, dit « Louis », Roudier est le fils de Claude Roudier et de Marie Laurut. Il est né 7 octobre 1861 à Busset, au village des Gays. À l’âge de 25 ans, il a épousé Marie Laplace à Busset. Il est ensuite devenu cultivateur à Busset, au village Piégut.
Au moins pendant quelques années, il semble qu’il ait été dans ce village le régisseur d’un domaine regroupant de nombreux cultivateurs, dont la propriétaire était Mme Bargheon. Ce domaine n’est aujourd’hui plus exploité et a été largement reboisé (voir l'article intitulé "la commune de Busset". Il a ensuite été cultivateur à Mariol jusque dans les années 20. Par la suite il a aussi été le jardinier du maire de Mariol.
Il est décédé à Vichy le 27 janvier 1949, à l’âge de 87 ans.


Photo : Louis Roudier et l'une de ses petites-filles.


Photo : Louis Roudier et son épouse Marie Laplace (1924).


Arbre : les enfants de Louis Roudier et Marie Laplace.
Parmi les trois soeurs, seule Alphonsine n'a pas eu d'enfants. Marie et Suzanne sont restées dans leur région natale après leur mariage.
En ce qui concerne les garçons, seul Alphonse ne s'est jamais marié. Agé de 25 ans lorsque débute le premier conflit mondial, il est logiquement mobilisé et est sévèrement blessé à la tête, une blessure qui nécéssite une hospitalisation définitive.
Joseph, qui a lui aussi participé au conflit, trouve un emploi d'aiguilleur et part s'installer à Nevers (Nièvre) après son mariage avec Adèle Paulin.
Jean-Marcel, contrairement à ses deux frères, est trop jeune pour prendre part à la guerre qui s'achève alors qu'il est sur le point d'être mobilisé. Il participe toutefois aux opérations d'occupation de la Sarre pendant trois ans. A son retour, il travaille successivement comme cultivateur, facteur, puis ouvrier à la commerciale des eaux de Saint-Yorre. Dans les années 30, il ouvre une épicerie à Puy-Guillaume qu'il tient avec sa femme Justine jusqu'à sa retraite.



Photo : Alphonsine et Suzanne Roudier entre Belle Époque et années folles

**********************************************************************************

Claude Roudier est né le 9 janvier 1834 au village des Rémondins sur la commune d’Abrest. Il est le fils de Jean Roddier et de Marie Laurut. Le 18 septembre 1855, il a 21 ans lorsqu'il épouse Marie Laurut (sa cousine germaine) à Busset. Les époux s'installent comme cultivateurs au village des Gays, où naissent leurs premiers enfants, puis, à partir des années 1860, à Piégut. Ils ont eu onze enfants, dont deux jumelles.
Claude et Marie vivaient encore à Piégut vers 1900


Arbre : les enfants de Claude Roudier (1834-?) et Marie Laurut (1834-?)

**********************************************************************************

Jean Roddier est né à Paslières, au village de la Charme, le 30 fructidor de l’an III (16 septembre 1795). Il est le fils de Gabriel Roddier et d’Anne Duzelier. À l’âge de 10 ans, il devient orphelin après le décès de ses deux parents, à moins d’un an d’intervalle. Il est difficile de savoir par qui il a été élevé, et dans quelles conditions il a pu devenir domestique de ferme au village des Rémondins, situé à une vingtaine de kilomètres au Nord de son lieu de naissance (commune d’Abrest). À 22 ans, il se marie avec la fille d’un cultivateur de ce domaine, Marie Vincent. Les époux ont quatre enfants entre 1819 et 1829. Au mois d’avril 1831, deux membres de la familles décèdent : Marie Vincent et sa première fille, Claudine, âgée de 12 ans. La nécessaire prise en charge des orphelins a du précipiter le remariage qui a lieu quatre mois plus tard. Ainsi, en août, Jean épouse Marianne (1) Laurut, la fille d’un cultivateur de Busset. Les époux restent installés aux Rémondins où ils ont à leur tour deux enfants.
Jean et Marianne quittent ensuite les Rémondins pour le hameau de Chamoiroux situé sur la commune de Busset. Jean y est décédé le 12 juin 1844, à l’âge de 41 ans.

(1) Ce prénom ne figure que sur acte de naissance et sur son acte de mariage. On trouve aussi Anne-Marie ou même Jeanne (décès) sur d'autres actes.


Arbre : les enfants de Jean Roddier (1795-1844)
Les trois fils issus du premier mariage se sont tous mariés dans les environs de Creuzier-le-Vieux et Saint-Germain-des-Fossés (Antoine, peut-être avec Madeleine Jalicot, mais ce mariage n'a pu être retrouvé)


**********************************************************************************

Gabriel Roddier est né vers 1750. Il est le fils de Rémy Roddier et de Catherine Saint-Joanny. Le 5 février 1782, il a épousé Anne Duzelier à Saint-victor-la-Loubière. Les époux semblent s’être installés sur la paroisse de Paslières, peut-être au lieu des Blanchers où Gabriel était domestique avant le mariage. Ils ont ensuite été journaliers dans cette même paroisse, au village de la Druière,
Il est décédé le 25 fructidor de l’an XI (12 septembre 1804)

**********************************************************************************

Rémy Roddier est le fils de Rémy et Rémie Cognord. Il a épousé Catherine Saint-Joanny le 17 février 1736 à Saint-Rémy-sur-Durolle. Il ont eu au moins trois enfants.


Arbre : les enfants de Rémy Roddier et Catherine Saint-Joanny

Aucun commentaire: