jeudi 20 novembre 2008

Ascendance de Jeanne et Claudine Durin

Les ascendants patronymiques de Jeanne Durin présentés dans cet article sont les suivants :
Jeanne Durin ( 1873-1962)
Antoine Durin (1839-?), cultivateur, cantonnier et Claudine Durin (1844-?)
Antoine Durin (1812-1889), propriétaire, journalier, cultivateur
Quintien Durin ( 1782-1824), journalier
Jean Durin (?-?)

Jeanne Durin est née le 29 juin 1873 à Broût-Vernet. Elle est la fille de d’Antoine Durin et de Marie Roumeau. Le 1er octobre 1878, elle épouse Baptiste Guillot, originaire de Charroux. Après quelques années de travail comme domestiques au château du Verger, les mariés ouvrent un commerce de sabotier à Broût-Vernet (1901). Ils n’ont eu qu’une fille, Germaine, en 1903.
Elle est décédée à Saint-Pourçain-sur-Sioule le 5 janvier 1962, à l’âge de 88 ans.














Photo : coffret réalisé par Baptiste Guillot pour Jeanne.


****************************************************************************

Antoine Durin est né le 24 août 1839 à Saint-Germain-de-Salles. En 1867, il épouse Marie Roumeau, une jeune femme de seulement seize ans originaire de Saint-Didier-laForêt. Leur premier enfant naît au village des Collettes à Saint-Germain-de-Salles où ils se sont installés comme cultivateurs. Vers 1870, ils déménagent pour Broût-Vernet où Antoine devient cantonnier (garde-champêtre).




Arbre : les enfants d'Antoine Durin et Marie Roumeau.
















Photo : Antoine Durin (1839-?) était cantonnier à Broût-Vernet. En 1909, à 70 ans, il a reçu la médaille d'honneur pour "le dévouement dont il a fait preuve dans l'exercice de ses fonctions". Le diplome est signé de Georges Clémenceau, alors ministre de l'Intérieur.

Claudine Durin, la soeur d'Antoine (voir ci-dessus) est née le 23 juin 1844 à Saint-Germain-de-Salles. A 17 ans, elle se marie avec Mathieu Guillot, un cultivateur originaire de Charroux. Les époux s'installent dans un premier temps aux Perrets à Saint-Germain-de-Salles et c'est ici que naissent leurs premiers enfants. Ils quittent ensuite ces lieux pour la commune de Charroux. En 1889, ils sont cultivateurs à Mongond sur la commune de Bellenaves (1). En 1898, ils ont a nouveau déménagé pour les Combes à Broût-Vernet. On perd ensuite leur trace...

(1) voir décès d'Antoine Durin, Bellenaves, 1889 

****************************************************************************

Antoine Durin est peut-être né le 2 novembre 1811 à Saulzet, incertitude liée à la déclaration tardive de son père qui intervient seulement 3 mois et demi plus tard, le 14 février 1812.  Il est le fils de Quintien Durin et de Gabrielle Pannetier (1). Il est garçon de ferme jusqu’à son mariage à l'âge de 26 ans avec Claudine Lelong, la fille d’un propriétaire de Saint-Germain-de-Salles. Les mariés s'installent sur cette commune où Antoine est qualifié de "propriétaire" lors de la naissance de leur premier fils, puis de journalier lors de la naissance des deux enfants suivants (2). Il est probablement resté à Salles jusqu'au décès de sa femme qui survient en 1881. Il rejoint ensuite sa fille et son gendre qui sont à ce moment là installés au Mongond à Bellenaves.
Il est décédé au Mongond le 16 septembre 1889, à l'âge de 77 ans.

(1) Là encore, il y a une incertitude, car la nom de la mère indiqué sur l'acte est celui de Gilberte Bost. Il s'agit probablement d'une erreur car il ne semble pas y avoir d'homonyme de Quintien sur la commune à cette date (il existe par contre une femme dénommée Gilbert Bost, mais elle est mariée avec joseph Laprugne depuis 1807). Quoi qu'il en soit "l'erreur" est rectifiée  l'acte de mariage d'Antoine sur lequel le nom de la mère est bien Gabrielle Pannetier)  
(2) Au moment du mariage en 1838, il est "journalier" sa femme est "propriétaire"






Arbre : les enfants d'Antoine Durin et Claudine Lelong.
Pierre Guillot et Jeanne Durin, qui se sont mariés à Broût-Vernet en 1898, étaient cousins germains.
 
****************************************************************************

Quintien Durin est né le 23 avril 1782 à Saint-Rémy-de-Blot. Il est le fils de Jean Durin et de Gilberte Martel. En 1807, il est domestique à Monteignet lorsqu’il épouse Gabrielle Pannetier à Saulzet. Les mariés s'installent à Saulzet, au cœur du village, dans le quartier des Billys. Il y ont six enfants. Quintien est journalier et ne semble pas avoir été propriétaire.
Il est décédé dans sa maison le 21 septembre 1824, à l’âge de 42 ans.



Arbre : les enfants de Qunitien Durin et Claudine Lelong



****************************************************************************

Jean Durin était cultivateur au village des Lamis (paroisse de Saint-Rémy-de-Blot) dans les années 1770-1780. Il a eu au moins trois enfants avec son épouse Gilberte Martel.


Arbre : les enfants de Jean Durin et Gilbert Martel























Carte : Jean Durin et Gilberte Martel ont vécu au village des Lamis, au plus tard à partir de 1778. Ce hameau est situé sur les hauteurs des gorges de la Sioule entre les bourgs de Saint-Rémy-de-Blot et de Pouzol.






Photo : le paysage sur les hauteurs des gorges de la Sioule. En arrière plan, le village des Lamis

Aucun commentaire: